Tout ce que vous devez savoir sur Phil Heath

Dernière mise à jour: 01.12.21

 

Les titres se dévoilent dans les concours de l’IFBB, et les concurrents passent et changent au gré des saisons sportives. Les champions émergent d’une année à l’autre, néanmoins, certains réussissent à garder leur titre pendant plusieurs éditions successives. Parmi ces personnalités hors du commun figure Phil Heath, appelé « The Gift ».

 

Un parcours presque banal

Si la plupart des bodybuilders sont devenus tels qu’ils sont en réponse à une vocation, la vie de Phil Heath semble ne pas l’avoir destiné à cette voie dans les débuts. De son vrai nom Philip Jerrod Heath, ce multiple tenant du titre de Mr Olympia sur plusieurs années successives est né le 18 décembre 1979 à Seattle, Washington, aux États-Unis. Issu d’une famille modérée, il a appris très tôt la manière de se prendre en charge seul, tout en gardant les valeurs humaines nécessaires aux bonnes relations avec son entourage. Ses parents étant souvent pris par leurs emplois respectifs, Phil Heath a la plupart du temps dû s’arranger pour que tout aille pour le mieux pour lui, sans néanmoins en vouloir à ses proches d’être un peu trop absorbés par le quotidien professionnel.

Phil Heath a vécu des périodes d’enfance et d’adolescence relativement identiques à celles du commun des Américains. Cependant, il a dû apprendre à se prendre en main assez rapidement, devant le manque de temps manifeste de ses parents pour s’occuper des enfants. Alors étudiant en secondaire à l’école de Rainier Beach, il se découvre une passion pour le basket-ball dans lequel il excelle, et pour lequel il voue une véritable passion. En parallèle à sa vie de lycéen, il continue d’évoluer et de se faire remarquer pour ses aptitudes sportives en tant que basketteur.

Cette capacité lui vaut d’ailleurs de se voir octroyer différentes offres de bourses d’études, dont une qui lui ouvre les portes de l’Université de Denver, au Colorado. Il évolue au sein de l’équipe de basket de cet établissement universitaire durant plusieurs années, et renforce des valeurs qui lui sont déjà connues, entre autres le sens de l’esprit d’équipe et la vie en communauté. Mais comme tous les adolescents de son âge, il suit également des études censées lui donner l’accès à des métiers stables et fiables. Il se spécialise de ce fait en administration des affaires et en informatique. Cependant, il se rend peu à peu à l’évidence que malgré toute sa bonne volonté, le basket-ball qu’il affectionne tant ne peut pas le mener au sommet qu’il espère, à cause d’un critère de taille qui l’empêche d’intégrer les catégories professionnelles.

Durant la dernière année avant son diplôme, il commence alors à fréquenter plus régulièrement les salles de sport dans lesquelles il se rendait déjà pour travailler sa détente au basket, ses bras et ses épaules. Loin de constituer des salles pour athlètes professionnels, il s’agit surtout de petits établissement destinés aux étudiants, qui permettaient à ceux-ci de s’initier au culturisme. En compensation de sa résignation par rapport à son inaccession au basket-ball, Phil Heath suit ses amis de l’époque, et commence à s’initier aux principes de base du bodybuilding, et de son concept.

Un virage rapide

Malgré tout, les salles de sport, notamment de musculation comme celle qu’il fréquente à cette période de sa vie, ne lui sont pas inconnues. Dans sa passion dévorante pour le basket, il s’y rendait déjà, mais pour améliorer ses capacités physiques à exploiter au basket-ball. Seulement, après avoir découvert qu’il ne pourrait pas percer dans ce sport, il a commencé à regarder ces salles sous un angle différent. En 2002, le déclic se produit, et il commence à se trouver un certain intérêt dans la pratique du bodybuilding. Grâce à ses amis de même génération et qui disposent d’une expérience beaucoup plus avancée que lui, il commence à prendre goût à cette expérience de l’amélioration de l’apparence physique par le sport.

Il commence par s’intéresser de près à la méthode de nutrition que nécessite cette discipline. Il y découvre à quel point l’art et la manière de se nourrir peuvent transformer le corps et lui donner un aspect possible à sculpter selon ses désirs et ses objectifs. Le principe des repas d’ados, de style pizza et bière ou autre style de malbouffe s’efface pour laisser la place à une méthode de nutrition plus saine. Habitué à se construire tout seul, Phil Heath ne trouve aucune difficulté particulière dans l’adoption de ce mode d’alimentation plus saine pour la nouvelle orientation sportive qu’il commence à apprécier au plus haut point.

Toujours avec l’accompagnement de ses amis, il découvre par la même occasion la méthode d’utilisation des différents compléments alimentaires, ainsi que le mode d’emploi et toutes les procédures techniques et scientifiques qui s’y rapportent. Il commence à en prendre pour les besoins de ses entraînements, afin d’atteindre ses objectifs dans cette activité devenue une passion presque identique à celle qu’il avait pour le basket-ball. Enfin, il s’initie également aux stratégies d’entraînement, afin de trouver le rythme et les méthodes qui lui conviennent le mieux.

Fort de cette autoconstruction et des performances qu’il commence à acquérir, il participe en 2003 à sa première compétition, alors qu’il pèse 87 kilos. Il se voit attribuer la place de lauréat au NPC de l’État du Colorado lors du concours Rocky Mountain Northern. Cette victoire lui a valu son surnom de « The gift », ou le don. En effet, sa vitesse d’évolution entre la période où il a commencé à pratiquer ce sport et le moment de le maîtriser a été plutôt fulgurant. Il est considéré comme un véritable surdoué en la matière, pour ses aptitudes comparables à un véritable don naturel.

Un palmarès en courbe ascendante

À l’heure actuelle, son palmarès est ponctué de nombreux titres, dont le plus important se représente par le prestigieux titre de Mr Olympia, qu’il a obtenu durant six années consécutives, de 2011 à 2016. Phil Heath rejoint de ce fait le cercle des rares champions qui ont réussi à maintenir la palme sur une longue période, entre autres Dorian Yates qui dispose du même nombre de détentions de ce titre. Il ne lui manque qu’un point pour égaler Arnold Schwarzenegger, qui dispose de sept titres consécutifs à son actif, et lui-même à un point de Ronnie Coleman, titulaire de huit titres à son actif.

Mais pour en arriver à cette consécration ultime avec l’obtention du titre de Mr Olympia, Phil Heath a également enchaîné de nombreux autres concours dans lesquels il a toujours figuré dans le top 5. Ses plus mauvaises performances se soldent par une cinquième place, notamment lors du concours Arnold Classic en 2007, et une première tentative au Mr Olympia en 2009. Heureusement, il remonte peu à peu la pente et se retrouve second du titre Arnold Classic respectivement en 2008 et 2010, avant d’atteindre la consécration à ce titre dans sa version européenne (Arnold Classic Europe) en 2013.

En cours de route, il a bien enchaîné depuis ses débuts de nombreuses premières places. Outre le titre pour son tout premier concours du NPC Colorado, il a également tenu la plus haute marche du podium dans divers concours sur les années suivantes, à l’exemple du NPC USA Championships en 2005, ou le fameux Iron Man de l’IFBB (International Federation of Body Building) en 2008. En parallèle, il remporte également d’autres concours de manière successive. Le Sheru Classic figure parmi ces fameuses compétitions, pour lesquelles il gagne la première place deux années de suite, en 2011 et 2012, c’est-à-dire sur les mêmes années où il obtient son titre de Mr Olympia.

 

L’alimentation et l’entraînement pour l’entretien des mensurations

Lors de sa dernière consécration mondiale au titre de Mr Olympia 2017, Phil Heath a arboré une silhouette exceptionnelle. Déjà connu dès ses débuts pour prendre particulièrement soin de son physique, même à l’époque du basket, The Gift continue malgré tout de respecter sa philosophie du respect du corps, même en tant que professionnel de l’IFBB. Bien entendu, les prises de compléments font désormais partie de la routine, mais toujours dans le respect des limites logiques et légales. Durant cette fameuse année où il a emporté le titre pour la sixième fois, Phil Heath accusait un poids de près de 110 kilos, du haut de son mètre et 75 centimètres. Mais les arguments se trouvent ailleurs, comme un tour de biceps de 54 centimètres, 84 centimètres pour chaque cuisse, avec une taille à peine plus grande d’un centimètre de plus (85 centimètres).

Les autres atouts se représentent par un tour de cou de 47 centimètres et une circonférence de mollet de 52 centimètres. Mais le plus important reste la poitrine de 148 centimètres de tour, qui ont d’ailleurs impressionné de nombreux admirateurs, pour son volume et sa symétrie. Cette impressionnante carrure lui a permis de surclasser ses concurrents, et de se classer au même niveau que ses idoles, notamment Dorian Yates, Flex Wheeler ou Jay Cutler. Pour réussir son entreprise, Phil Heath se base sur deux éléments essentiels, que sont l’entraînement et l’alimentation.

En ce qui concerne l’entraînement, Phil Heath suit une philosophie qui lui est propre depuis ses débuts sportifs. Contrairement à ce que son physique imposant pourrait laisser croire, il ne fait pas partie de ceux qui s’entraînent jusqu’à ne plus en pouvoir. Il préfère plutôt apprécier et prendre goût à chaque exercice qu’il effectue. Toujours à l’écoute de son corps, il n’hésite pas à abandonner un mouvement si celui-ci s’avère être trop pénible ou douloureux, au profit d’un autre plus agréable, pour le même résultat.

The Gift est également connu pour son opposition totale au surentraînement, qui peut être néfaste avec le temps. De ce fait, son programme se focalise surtout sur le système du circuit training, avec deux jours successifs d’entraînement, entrecoupés successivement par un jour, puis deux de repos. Pour l’exemple concret, vous pouvez comprendre avec lundi et mardi en entraînement, repos le mercredi, ensuite reprise des entraînements jeudi et vendredi, puis repos le week-end.

Dans la pratique, le champion se concentre pour chaque jour d’entraînement sur un groupe de muscles spécifique, de manière à ce que chaque partie de son corps puisse être travaillée autant de fois que possible durant la semaine. En tant que champion du monde sur six années consécutives, il est évident qu’il se trouve à un niveau supérieur dans le nombre de séries et de répétitions pour chaque exercice, avec toutes les variantes possibles. En gros, son programme se définit comme suit : ischio-jambier, mollets et quads le lundi, poitrine et triceps le mardi, dos et biceps le jeudi, puis épaules le vendredi.

Quant à l’alimentation, The Gift se soumet à deux régimes alimentaires précis. Le premier concerne le mode de nourriture hors saison, durant lequel il ingurgite près de 4500 calories par jour, réparties en six repas par jour. Le second correspond par contre au régime à suivre dans la préparation d’une compétition, avec lequel il peut nécessiter jusqu’à 6000 calories par jour pour assurer de tenir la forme. Compte tenu du gabarit dont il dispose, la quantité et la qualité priment, puisque le champion sélectionne scrupuleusement chaque repas qu’il va avaler. Soucieux de garder sa ligne exempte au maximum de matières grasses, il consomme essentiellement des aliments riches en protéines, comme le poulet, les œufs ou l’avoine.

Les glucides se matérialisent en gros par l’igname ou la patate douce, mais il consomme également du bœuf ou du poisson pour varier le menu de la semaine. Il mange aussi des légumes régulièrement, et pour en renforcer l’apport calorique, il les mélange avec de la poudre de légume. Il prend ses six repas quotidiens par intervalles de deux à deux heures et demie, entre lesquelles il consomme beaucoup d’avocat, pour assurer l’apport lipidique avec un aliment naturel. Le taux de mauvaise graisse reste ainsi loin en dessous du seuil de danger, expliquant sa silhouette facilement reconnaissable par l’absence évidente de graisse. Enfin, compte tenu de son activité, il boit jusqu’à 3,5 litres d’eau par jour, pour maintenir l’hydratation normale de toutes ses cellules corporelles.

 

 

S'abonner
Notifier
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments